X
X S'inscrire avec Facebook
CONNEXION

ou utiliser ce formulaire
Tous les champs sont obligatoires  
Prénom

Nom

Courriel

Mot de passe   (6 caractères minimum)

Voir le mot de passe

X




Fermer

MARQUE

PRIX

MODÈLE

VILLE

MOTS-CLÉS

TYPE


Berline

Coupé

Hatchback


Familiale

Décapotable

Fourgonnette


VUS

Camionnette

Prestige


ANNÉE

De :

À :  

KILOMÉTRAGE

ENTRAINEMENT





TRANSMISSION



CARBURANT






OPTIONS


Climatiseur
 

Intérieur
en cuir

Caméra
de recul


Toit ouvrant
 

Sièges
chauffants

Mains libres
 


Jantes
aluminium

GPS
 

7 passagers
et plus 

CYLINDRES


PLUS D'OPTIONS  

La CMM veut étendre la taxe sur l’immatriculation aux banlieues

La CMM veut étendre la taxe sur l’immatriculation aux banlieues   Partager

par Olivier Beaulieu du Guide de l'Auto

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM ci-après) envisage fortement l’exportation de la taxe sur l’immatriculation de 50 $ vers les banlieues de l’île de Montréal dans l’optique de contribuer au financement des transports en commun. Cette mesure viserait également à diminuer les embouteillages et favoriser une meilleure santé du réseau routier.

La CMM, c’est un organisme de planification, de coordination et de financement créé en 2001 qui rassemble 82 municipalités de Montréal et de ses environs. Sa mission est accompagnée de compétences notamment au niveau des transports en commun et de l’aménagement. Depuis 7 ans, la CMM récolte une surtaxe pour les véhicules de promenade immatriculés sur l’île de Montréal dans le but de financer ses activités de transport en commun. Mais depuis 2017, plusieurs études soutiennent la thèse que le nombre de voitures augmente plus vite que le nombre d’habitants en banlieue, contrairement en ville où cette tendance semble inversement proportionnelle.

C’est dans cet ordre d’idées que la CMM a mandaté un petit groupe d’élus pour étudier la possibilité d’étendre la surtaxe à l’immatriculation à la région du 4-5-0. Cette taxe viserait le développement des projets de transport en commun au-delà de l’île, ce qui motiverait les travailleurs qui doivent se rendre en ville à laisser tomber leur voiture comme moyen de transport principal. Selon les informations dévoilées pas la CMM dans son budget présenté le 5 novembre dernier, il serait question d’une taxe de 50 $ par immatriculation qui permettrait à la CMM de voir son budget gonfler de 100 millions de dollars par an.

Cette mesure serait applicable à 66 villes des 82 membres de la CMM et aux 2 millions d’automobiles qui se trouvent en périphérie de la métropole québécoise. Les 16 autres municipalités cotisent déjà pour cette taxe. Selon Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion et président de la commission du transport de la CMM, « ces travaux permettront d'identifier des pistes de solution dans le cadre du plan stratégique de l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM)  ».

À l’heure qu’il est, on évalue que 35% des résidents de l’île de Montréal utilisent régulièrement le métro ou l’autobus, alors que la proportion chute à 9% pour les résidents des banlieues de la région métropolitaine. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, soutient donc que l’on doit agir et imaginer de nouvelles manières de financer ces activités dans le but de réduire les embouteillages devenus critiques depuis quelques années. «  Ce qui ressort, c'est la nécessité de trouver d'autres façons de financer le transport collectif. Les villes doivent diversifier leurs sources de revenus, ça ne peut pas être la taxe foncière pour tout. À un moment, ça devient lourd  ».



Source : http://www.guideautoweb.com/articles/48350/


  Partager

Avis: Veuillez confirmer auprès du vendeur le prix et l’exactitude des autres renseignements publiés. Le kilométrage affiché est celui apparaissant au moment de la publication de l’annonce. L’annonce n’est pas une offre de contracter au sens de l’article 1390 du Code civil du Québec.

Pour vous assurer que le véhicule choisi est disponible, contactez le concessionnaire avant votre visite.