X
X S'inscrire avec Facebook
CONNEXION

ou utiliser ce formulaire
Tous les champs sont obligatoires  
Prénom

Nom

Courriel

Mot de passe   (6 caractères minimum)

Voir le mot de passe

X




Fermer

MARQUE

PRIX

MODÈLE

VILLE

MOTS-CLÉS

TYPE


Berline

Coupé

Hatchback


Familiale

Décapotable

Fourgonnette


VUS

Camionnette

Prestige


ANNÉE

De :

À :  

KILOMÉTRAGE

ENTRAINEMENT





TRANSMISSION



CARBURANT






OPTIONS


Climatiseur
 

Intérieur
en cuir

Caméra
de recul


Toit ouvrant
 

Sièges
chauffants

Mains libres
 


Jantes
aluminium

GPS
 

7 passagers
et plus 

CYLINDRES


PLUS D'OPTIONS  

Le Suzuki Equator, vous connaissez?

Le Suzuki Equator, vous connaissez?   Partager

par Guillaume Rivard du Guide de l'Auto

Il existe plusieurs choix pour ceux qui désirent une camionnette intermédiaire usagée. On pense bien sûr aux Toyota TacomaNissan FrontierChevrolet ColoradoGMC CanyonHonda Ridgeline et Ford Ranger.

Mais avez-vous oublié le Suzuki Equator? C’est fort possible, car ce modèle n’a été commercialisé au Canada que pendant deux années (2009-2010), soit peu de temps avant que la marque japonaise laisse tomber sa division automobile chez nous.

Bien évidemment, certains exemplaires peuvent se trouver encore sur le marché des véhicules d’occasion, même s’ils sont assez rares. Est-ce une option à considérer? Qu’en est-il de la fiabilité et de la disponibilité des pièces?

Sur ce dernier point, il n’y a pas de problème, puisque l’Equator est un clone du Nissan Frontier, lequel continue d’être vendu à la grandeur du pays. Ainsi, à l’exception de la calandre, des phares et du capot, l’ensemble des pièces utilisées sur l’Equator peuvent être achetées chez les concessionnaires Nissan et la plupart des marchands de pièces.

Quant à la fiabilité, il ne faut pas avoir de crainte, surtout si le camion est en bonne condition. L’Equator et le Frontier utilisent des éléments techniques éprouvés et très solides. Par exemple, le V6 de 4,0 litres (261 chevaux), la boîte automatique et le boîtier de transfert sont extrêmement robustes. Il en va de même pour la structure du véhicule.

« Sachez cependant que les freins manquent généralement d’endurance et s’usent vite lorsqu’on remorque des charges considérables [la capacité maximale de l’Equator est de 6 300 livres]. Et il est de surcroît très important d’effectuer un traitement antirouille, la corrosion étant reconnue pour apparaître prématurément sur ces modèles », avertit le journaliste du Guide de l’auto, Antoine Joubert.

Autre désavantage avec l’Equator : si les Américains ont eu droit à plusieurs formats et versions, incluant un choix de cabines et de longueurs de caisse, seul un modèle à cabine double et caisse longue était offert de ce côté-ci de la frontière. De plus, il n’y avait qu’un système à quatre roues motrices.

En résumé, le Suzuki Equator peut définitivement être un choix à considérer si jamais vous en dénichez un. Inspection mécanique et antirouille sont toutefois de mise.


  Partager

Avis: Veuillez confirmer auprès du vendeur le prix et l’exactitude des autres renseignements publiés. Le kilométrage affiché est celui apparaissant au moment de la publication de l’annonce. L’annonce n’est pas une offre de contracter au sens de l’article 1390 du Code civil du Québec.

Pour vous assurer que le véhicule choisi est disponible, contactez le concessionnaire avant votre visite.