X
X S'inscrire avec Facebook
CONNEXION

ou utiliser ce formulaire
Tous les champs sont obligatoires  
Prénom

Nom

Courriel

Mot de passe   (6 caractères minimum)

Voir le mot de passe

X




Fermer

MARQUE

PRIX

MODÈLE

VILLE

MOTS-CLÉS

TYPE


Berline

Coupé

Hatchback


Familiale

Décapotable

Fourgonnette


VUS

Camionnette

Prestige


ANNÉE

De :

À :  

KILOMÉTRAGE

ENTRAINEMENT





TRANSMISSION



CARBURANT






OPTIONS


Climatiseur
 

Intérieur
en cuir

Caméra
de recul


Toit ouvrant
 

Sièges
chauffants

Mains libres
 


Jantes
aluminium

GPS
 

7 passagers
et plus 

CYLINDRES


PLUS D'OPTIONS  

Fatigue au volant : la cause d'un accident sur cinq au Québec

Fatigue au volant : la cause d'un accident sur cinq au Québec   Partager

par Stéphanie Ouellet du Guide de l'Auto 

On sait tous que le temps des Fêtes est un moment de l’année qui inflige beaucoup de stress et de soirées passées au centre d’achat après le travail, ou en ligne pour trouver le meilleur cadeau à chacun des membres de votre entourage. Le mois de décembre, est synonyme de cernes, café et beaucoup d’insomnie à essayer de cocher mentalement votre liste de préparatifs de réveillon. Et dans tout ce tumulte, vous devez vous rendre en voiture du point A au point B pour arriver à tout faire à temps. Il ne faut cependant pas oublier que la fatigue au volant est un phénomène bien réel et qu’il faut prendre les mesures nécessaires pour y échapper.

Statistiques brutales
Saviez-vous que la fatigue au volant est l’une des principales causes de décès sur les routes du Québec? En effet, selon la Société de l'assurance automobile du Québec, la fatigue serait en cause plus d'une fois sur cinq dans l'ensemble des accidents provoquant des blessures ou la mort et chaque année en moyenne, 82 personnes décèdent dans un accident lié à la fatigue au volant.

« Cogner des clous »
Le microsommeil, où le conducteur perd involontairement l'attention pendant quelques secondes, peut survenir lors de moments de fatigue, même si le conducteur fait tout pour rester éveillé. Ainsi, il est possible que la tête tombe, que les yeux se ferment ou simplement que le regard devienne fixe et que le conducteur ne soit pas capable de réagir assez rapidement en situation d’urgence.

Facteurs de risque
La fatigue est un état biologique et n'est pas estompée par la volonté, l'expérience ou la motivation de rester éveillé. Cependant, plusieurs facteurs peuvent influencer le degré de fatigue d'un conducteur.

Le facteur de risque le plus évident est la durée de l'éveil, où plus on reste éveillé longtemps, plus les capacités de conduite diminuent. Par exemple, toujours selon la Société de l'assurance automobile du Québec, après 24 heures d'éveil consécutives, les capacités mentales d'un conducteur sont comparables à celles d'une personne ayant un taux d'alcool dans le sang de 0,10. Les réflexes sont plus lents, la vision est embrouillée et l'attention aux détails n'est plus présente.

Cependant, un facteur de risque souvent négligé est la dette de sommeil. En effet, la majorité des adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit pour fonctionner normalement. Les gens qui ne dorment pas bien ou pas assez, plusieurs nuits de suite, accumulent une « dette de sommeil » qui peut mener aux mêmes effets qu'une personne étant réveillée depuis plus de 24 heures. Pour effacer cette dette de sommeil, la seule vraie solution est de dormir!

Solutions
Donc, la prochaine fois que vous vous sentirez fatigués au volant, optez plutôt pour une sieste dans une halte routière, un commerce ou n'importe quel endroit sécuritaire pour arrêter sa voiture. Attention : l'accotement n'est pas sécuritaire pour arrêter son véhicule et faire une petite sieste. Il faut aussi vous méfier des mythes sur la fatigue au volant : boire du café, baisser une vitre ou monter le volume de la radio ne sont pas des solutions efficaces, seul le sommeil l'est.


  Partager

Avis: Veuillez confirmer auprès du vendeur le prix et l’exactitude des autres renseignements publiés. Le kilométrage affiché est celui apparaissant au moment de la publication de l’annonce. L’annonce n’est pas une offre de contracter au sens de l’article 1390 du Code civil du Québec.

Pour vous assurer que le véhicule choisi est disponible, contactez le concessionnaire avant votre visite.